Nos tutelles

CNRS UTBM

LES AUTRES EQUIPES IRAMAT

CRP2A LAPA CEB

Rechercher





Accueil > Thèmes de Recherche > Altération et corrosion des matériaux ferreux anciens

Présentation générale

publié le , mis à jour le

La compréhension des mécanismes d’altération des métaux archéologiques ferreux (LMC-Belfort/LRC CEA Saclay) est un des thèmes de recherche très important dans notre partenariat avec le CEA-Saclay (plateforme mutualisée ; LRC n° DSM 01-27 - UTBM-LMC/CNRS-CEA). En effet les objets archéologiques permettent d’atteindre (sans vieillissement accéléré) des paramètres et d’observer des phénomènes issus de processus de très long terme, impossibles à cerner en laboratoire. Ces travaux ont donc des implications sociétales majeures et illustrent parfaitement le lien passé-présent-avenir, thème structurant de l’IRAMAT. Ils ont ainsi une double finalité :

- d’une part, par une bonne connaissance des mécanismes mis en jeu aux échelles micrométriques et nanométrique dans les produits de corrosion multiséculaires, contribuer à optimiser les traitements de restauration et les stratégies de conservation du patrimoine

- d’autre part d’aider à prédire l’altération des aciers utilisés en France et dans le monde pour réaliser les sur-conteneurs pour l’inertage des déchets hautement toxiques (ex ; nucléaires vitrifiés).

La première application a été soutenue par plusieurs programmes (LabEx PATRIMA 2012-13, PNRCC 2009- 2011) menés en collaboration avec le synchrotron SOLEIL (ligne Diffabs), le C2RMFet le LRMH (MCC) ainsi que l’institut Jean Lamour (UMR CNRS 7198). Elle associe aussi une collaboration avec l’entreprise ACORROS (Arles) pour la mise au point d’une méthode spécifique de déchloruration en milieu subcritique. La seconde, fortement soutenue par le CEA, l’ANDRA et l’IRSN a donné lieux à plusieurs thèses et post-doctorats. L’ensemble des résultats obtenus est pleinement intégré dans les démarches de modélisation prédictive pour évaluer le comportement des matériaux dans le futur lointain, notamment dans le cadre des groupements de laboratoires créés par l’ANDRA (GL Verre-Fer- Argile). Précisons à ce titre que les scories vitreuses issues des sites archéologiques sont tout particulièrement adaptées pour cerner les mécanismes d’interaction entre les produits de corrosion du fer et les phases vitreuses (enjeu majeur des concepts actuels de stockage).